Cahiers de l'assainissement

Les zones humides, les super-héroïnes du changement climatique

Zone-humide

L’été 2021 a été catastrophique en Europe, notamment en Belgique et en Allemagne avec plus de 200 morts et des milliards d’euros de dégâts suite à de graves inondations. On se souvient bien évidemment du mois de novembre 2020 en Guadeloupe et en Martinique avec le passage d’une onde tropicale dévastatrice qui, elle aussi, a causé de nombreux dommages et la perte de dizaine de vies. En France continentale, on estime à 265 millions d’euros chaque année la note salée des inondations sur l’ensemble du territoire.

Un groupe d’experts du World Weather Attribution a analysé les causes de ces inondations et les facteurs qui ont malheureusement permis d’aboutir à ce triste résultat. Le changement climatique est pointé du doigt, évidemment. Mais ses effets sont amplifiés par un aménagement du territoire qui, petit à petit, a participé à l’imperméabilisation des sols et a favorisé les glissements de terrains.

Développement urbain et cultures expansives

Dans la seconde moitié du XXème siècle, le développement économique et la croissance démographique ont poussé les Caraïbes dans une course à la construction. Le développement des villes et de leurs infrastructures routières a lentement permis l’imperméabilisation des sols et créé de vastes zones d’instabilité sur des terres jeunes et volcaniques.

Lorsque des fortes pluies s’abattent, l’eau ruisselle sur le béton pour ensuite être conduite vers les portions de terres encore intactes. Conséquences ? L’eau sature les sols composés d’argile et passé un certain seuil, les terrains opèrent ce qu’on appelle un glissement.

Inondation

Et quand la pluie se met à tomber fortement, le risque de voir des versants entiers glisser vers la mer est grand. Malheureusement, dans la trajectoire naturelle d’écoulement des eaux, il y a des villes, des villages, des rues, des maisons, des vies… La puissance de ces eaux de ruissellement mêlées à l’argile qui est charriée par le courant est telle que rien ne semble pouvoir éviter une inondation et ses désastreuses conséquences.

Quelle solution pour lutter contre les inondations ?

Parmi les solutions proposées suite à ces inondations sans précédent, une idée fait son petit bonhomme de chemin :  la revalorisation et le développement de zones humides.

Mais une zone humide, c’est quoi ? La convention de Ramsar aussi appelée convention des zones humides définit celles-ci comme étant « … des étendues […] d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres ».

Dans nos régions, on les retrouve notamment sous la forme de lagunes, bras morts, mangroves, salines ou encore mares.

Zone-humide-MQ

Dans chacun de ces milieux se développe une biodiversité impressionnante. De nombreuses espèces de plantes mais également d’animaux y prospèrent et participent à l’équilibre de notre environnement. Les zones humides sont même vitales pour certaines espèces comme les oiseaux ou les batraciens qui y nichent ou s’y reproduisent. Enfin, on estime qu’un quart des végétaux remarquables et/ou menacés se retrouvent au sein des zones humides.

Outre leur rôle biologique et écologique évident, elles assurent également des fonctions importantes en termes d’épuration mais aussi de régulation hydraulique. C’est évidemment cette dernière fonction qui va nous intéresser. C’est elle qui va contribuer à la prévention des inondations.

 Mais alors, comment peuvent-elles empêcher une inondation ?

Lors de fortes pluies, nous l’avons dit, l’eau ruisselle du point le plus haut vers le point le plus bas. Sur sa route, elle va gagner en vitesse mais également en volume. Et plus il y d’eau et plus elle va vite, plus les dégâts seront importants.

Et si au lieu de filer tout droit, l’eau s’étendait naturellement à gauche et à droite ? Et si elle profitait de zones où elle pourrait se répandre et stagner paisiblement sans générer de dégâts ?

Zone-humide-MQ

Imaginez une zone humide comme étant une immense éponge qui, par défaut, est pleine. Grâce des aménagements légers tel que la plantation de végétaux adaptés ou encore le remblai de fossés, on peut lui faire jouer un rôle de régulation limité. Elle agit alors comme une zone tampon en acceptant d’importants volumes d’eau en son sein. Cette capacité de stockage va alors soulager les cours d’eau, diminuer la hauteur des crues ainsi que la vitesse d’écoulement de l’eau.

Vous l’aurez compris, les zones humides ont une capacité de résilience que nos routes, nos villes et villages n’ont pas. Elles accepteront bien volontiers ce surplus d’eau à l’inverse des zones habitées.

Cette fonction de rétention est capitale pour diminuer l’impact des inondations. Les empêcher complètement est impossible mais contribuer à les réguler en limitant leur intensité et leur fréquence permettra de sauvegarder nos infrastructures et nos bâtiments mais également de sauver des vies.

Est-ce le seul avantage des zones humides ?

Non. Notre super-héroïne a plus d’un tour dans son sac. Si elle agit pour limiter l’impact des inondations, elle a aussi un rôle important lors d’épisodes de sécheresse.

Quand il pleut, nous l’avons vu, elle peut retenir une partie de l’eau. Patiemment, elle va lui donner le temps de s’infiltrer ou de s’écouler plus tard vers un cours d’eau. Et quand les températures montent, les zones humides évaporent, ce qui consomme de la chaleur et fera diminuer de ce fait la température ambiante. Face à l’augmentation des épisodes de sécheresse, la zone humide est une oasis de fraicheur. Pas étonnant que de nombreuses villes fassent le pari de la zone humide pour diminuer l’impact des fortes chaleurs sur leurs habitants.

Illu_zones humides

Les zones humides ont également faim de carbone. Elles sont considérées comme des puits naturels de carbone. La plus efficace d’entre-elles est sans aucun conteste la tourbière. En détériorant lentement la végétation, elle la transforme en tourbe qui va piéger le carbone. On estime que les tourbières recouvrent environ 3% de la surface du globe, pourtant elles retiennent près de 30% du carbone terrestre. C’est deux fois plus que toutes les forêts de la terre.

Et ce n’est pas fini ! On peut également lister l’épuration et le traitement naturel des eaux, l’apport en nourritures végétales et animales, la consolidation de nos littoraux et la lutte contre l’érosion maritime, la fourniture de nombreuses matières premières ou encore le développement d’un tourisme durable.

Du coup, que peut-on faire ?

Sur un siècle, la terre a perdu près de la moitié de ses zones humides. Dans la moitié restante, certaines sont délabrées et provoquent plus de dégâts que d’effets positifs pour l’environnement, notamment par le rejet de C02 dans l’atmosphère. Il faut donc se mobiliser pour leur sauvegarde mais également pour leur réhabilitation.

Une première chose à faire serait déjà de les découvrir, de partir à leur recherche, s’y balader, de découvrir les trésors qu’elles cachent. Et pourquoi pas s’investir dans leur préservation en s’adressant directement à leurs gestionnaires.

Prenez des photos de la faune et de la flore dans les zones humides que vous visiterez, faites-en la promotion et participez à l’éducation de vos pairs.

Zone-humide-MQ-

Intéressez-vous à votre environnement. Y-avait-il une zone humide près de votre habitation ou votre lieu de travail ? Pourquoi a-t-elle été détruite ? Ne peut-on pas la réhabiliter ? En tant que citoyen vous pouvez vous mobiliser auprès de vos instances politiques ou développer un groupement associatif qui agira en faveur de ces écosystèmes particuliers.

Enfin, des gestes simples comme la modération dans l’utilisation de l’eau potable ou le ramassage de déchets aux abords des rivières ou autres cours d’eau peuvent faire toute la différence.

Alors, mobilisons-nous pour sauvegarder l’environnement et la ressource en eau et participons à la réhabilitation des zones humides. La planète nous le rendra…

Bienvenue chez Eloy Water Nous avons détecté que vous êtes localisé dans un autre pays. Veuillez sélectionner la zone qui correspond le mieux à votre emplacement.

Nous utilisons des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience en ligne possible. En utilisant notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies en accord avec nos conditions générales d'utilisation.